Mon acné kystique .

 

 

Hello les Green !

C’est avec grand plaisir que je vous retrouve aujourd’hui sur le thème de ma bête noire : l’acné kystique.

Dans ma présentation de la semaine dernière, je vous ai expliqué brièvement mon parcours, je vais donc vous raconter un peu plus en détails par quoi je suis passée ces dernières années.

Après un acné juvénile et une belle cure de roaccutane, j’ai été tranquille pendant 10 belles années. J’étais aussi sous pilule anti acné, un générique de la Diane, pendant tout ce temps-là. Puis j’ai changé pour une plus légère car je n’en voyait plus l’utilité pour ma peau. C’est là que les ennuis ont commencés …

J’ai commencé à avoir des boutons, petit à petit, mais pas des boutons d’acné normal, des boutons durs, rouges, qui font mal, qui déforment le visage.

Au début j’en avais un de temps en temps, du coup je rigolais « ah ah j’ai un bouton c’est marrant tiens » puis j’ai vite déchanté. Ils arrivaient de plus en plus nombreux, à tel point que je commençais à ne plus me reconnaître. Où était donc passé mon visage lisse et clair ? La confiance en soi en prend un méga coup aussi. Je suis passée d’un petit 75% à -12% … Je commençais à éviter les gens, les sorties, je camouflais avec trois tonnes de fond de teint pour pouvoir aller travailler en évitant un max le regard de mes collègues. On m’appelait le Crunch car le maquillage faisait ressortir les boules de mes kystes … Bref ça devenait vraiment pas drôle. Moi qui était assez extravertie, je me retrouvais petit à petit dans une coquille.

J’ai choisi de consulter un dermatologue qui m’a donné sans trop chercher une cure d’antibios (je ne vais pas nommer tous les traitements que j’ai pris, sincèrement je ne m’en souviens plus). Aucun effet sur ma peau au bout de trois mois. A ce moment là j’ai décidé de ne pas continuer le traitement et j’avais pas mal de soucis à gérer qui m’éloignaient un peu de cette préoccupation. J’apprenais au même moment que j’étais intolérante au gluten, entre autre, et je revoyais toute ma façon de m’alimenter.

20190202_1740065041628903362405239.jpg

Une fois mes problèmes de côté, j’ai voulu reprendre rdv avec un dermato, cette fois au Luxembourg, plus pratique car près de mon lieu de travail. En plus ça commençait à urger, je me mariais dans 4 mois !! (Eh oui, heureusement cette maladie ne m’a pas empêché de faire la rencontre de ma vie <3)

Donc hors de question d’avoir une tête de pizza à ce moment-là ! Hop re cure d’antibios et là, miracle ! Tout est parti ! Me voilà avec un bidou défoncé mais j’allais être au top pour mon plus beau jour, alors qu’importe ! J’ai arrêté ce traitement début août 2017, je me suis mariée fin août et fin septembre tout est revenu …

Bon cette fois je me prends en main, je cours chez une dermato sur Paris (oui j’ai déménagé entre temps) et je lui demande mon fameux traitement « je ne le connais pas, il est interdit en France celui que vous avez pris » Ah oui d’accord … Je suis donc sortie de là avec un nouveau traitement de 3 mois et un bilan hormonal à faire (enfin !). Je décide aussi de stopper la pilule en Octobre 2017.

Encore une fois ce traitement ne changera rien, à part empirer ma peau, me faire perdre du temps et enflammer mon pauvre ventre déjà détruit par le gluten.

Quand j’ai eu les résultats de mon bilan hormonal, j’ai enfin compris pourquoi : j’avais les hormones en folie ! Un taux de testostérone limite supérieur à la normale, pas assez d’hormones féminines et d’autres trucs. La dermato m’envoie donc avec ces résultats chez son collègue endocrinologue qui me dira simplement « y a rien, allez voir votre gyné, rappelez-moi dans 6 mois, merci ça fera 60 euros « mais what ?!?!

J’avais l’impression d’être Astérix dans le dessin animé « les 12 travaux d’Astérix », quand on le fait courir partout pour avoir le bon formulaire !!

Je vais donc chez ma nouvelle gynécologue  parisienne avec de grandes attentes ! De toute manière, je devais absolument y aller car mes règles ne revenaient pas depuis l’arrêt de la pilule. Elle me fait une écho et là elle m’annonce que j’ai plein de kystes aux ovaires. Pardon des quoi ? Ben des OPK quoi (comprenez ovaires poly kystiques) ! Mais enfin, pourquoi personne ne l’avait remarqué avant ??? Eh ben parce que c’est la pilule qui cachait tout ce dysfonctionnement chez moi….

Je peux vous dire qu’en rentrant chez moi j’ai surfé en long en large en travers sur internet pour lire tous les articles possibles et inimaginables sur l’acné et les OPK.

On arrive en Juin 2018, à force de me documenter sur cet acné, de voir ce qu’une femme étale sur sa peau à longueur de journée, je comprends qu’il est urgent que je change mon mode de vie.

Quand je dis ça, je veux dire que je suis passée au Bio comme on change de culotte, du jour au lendemain, sur un coup de tête. Je me suis dit ma peau ira mieux, elle va respirer, je vais la chouchouter et elle va guérir. Ça ne peut pas être pire quoi. Encore une fois j’avais tout faux ! Je me suis retrouvée avec un effet rebond de malade ! Avant je me plaignais parce que j’avais 3 ou 4 kystes qui sortaient, là je me retrouvais avec ces kystes plus de l’acné bien comme il faut sur tout le visage  !

Vraiment je désespérais, j’étais tout le temps triste, je sortais plus, je broyais du noir … Impossible pour moi de sortir sans maquillage, il y a des jours où je me maquillais et démaquillais jusqu’à 3 fois par jour juste pour sortir ma chienne. On pense que tout le monde nous regarde et nous juge même si c’est pas forcément le cas.

screenshot_20190202-174047_gallery2005872112010816735.jpg

J’ai laissé passer du temps, je changeais de routine tous les mois pour voir ce que ma peau aime ou non, je l’ai décapé, je l’ai maltraité, pour au final apprendre de mes mauvais gestes.

J’ai aussi ouvert ma page insta où vous pouvez suivre pas à pas tout mes changements, les tests de mes produits, etc etc. Ça m’occupe, ça me change les idées, jusqu’au jour où je décide de poster mon premier instagram VS réalité. Mon Dieu, moi, j’allais mettre ma tête sans maquillage sur insta ??

Ce post a été mon premier pas vers la guérison mentale et physique. J’ai commencé à recevoir énormément de soutien, à voir que je ne suis pas la seule. On apprend alors à relativiser. Petit à petit, à s’accepter, à se regarder dans le miroir sans se dire de méchantes choses. On fait la paix avec soi-même.

Beaucoup de choses ont changé depuis que j’apprends à positiver.

En décembre 2018, je me décide enfin à consulter une naturopathe, et là tout a changé ! Je vous raconterais ça à notre prochain rdv ainsi que ma routine nourriture/soins visage et des petites photos avant/après.

20190202_1740223130963484356171858.jpg

Merci pour votre attention, merci de m’avoir lue. J’espère que grâce à cet article vous en saurez plus sur moi et mon parcours, c’était important avant de pouvoir vous raconter la suite.

À très bientôt.

Marine https://instagram.com/my_new_green_way?utm_source=ig_profile_share&igshid=3wjh6wpwny6j

2 commentaires sur “Mon acné kystique .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s